SI TU VEUX MA VIE VIENS LA PRENDRE

CRÉATION 2013

D'APRÈS  ANTON TCHEKHOV

MISE EN SCÈNE : FLORIAN BARDET

NICOLAS MOLLARD

MUSIQUE : JEAN-BAPTISTE COGNET

AVEC MORGANE ARBEZ

FLORIAN BARDET

CLÉMENT BONDU

STEVEN FAFOURNOUX

QUENTIN GIBELIN

JESSICA JARGOT

BENOÎT MARTIN

NICOLAS MOLLARD

MARION PELLISSIER

ANNE RAUTURIER

 

 

PRODUCTION : LA MEUTE

AVEC LE SOUTIEN

DE LA COMPAGNIE LUCATHÉÂTRE

DE LA VILLE DE VAULX-EN-VELIN

ET DE LA VILLE DE LYON

Si tu veux ma vie viens la prendre c'est l'histoire de La Mouette de Tchekhov. Un vaudeville, une comédie faite de clowns et d'amants aux visages déchirés et de monstres aux visages trop pâles. Encore des amours balbutiées, épuisées. Encore des mots pour essayer de dire le rêve que nous avons fait dans le tout premier cri. Des mots pour se rappeler ce que nous voulions être. La Mouette, le monde et son théâtre avec ses vies que nous vivons trop mal, celles que l'on ne choisit plus, celles que l'on n'écrit même plus. On regarde passer les fantômes qui hurlent en silence et on crie dans le noir qu'on veut vivre toujours.

 

Il faut écrire La Mouette pendant qu'on la joue. Il faut écrire La Mouette comme s'il s'agissait d'écrire nos vies. Nos vies de théâtre. Nos vies d'hommes. Il faut l'écrire pour qu'il reste quelque chose.  Comme pour laisser une trace aussi peu audible soit-elle de notre cri dans les forêts. Parce qu'on a besoin de la beauté des amours inaccessibles, parce qu'on a besoin de combattre des doubles, de vaincre des fantoches, parce qu'on a besoin de vouloir être l'être suprême le temps d'un instant, d'une parole, d'une vie. On a besoin de ces torrents. On en a besoin comme on a besoin que tout soit calme, que tout soit doux, que tout soit simple, et que personne ne nous regarde, que nos mensonges s'évanouissent et que comme des mouettes on puisse aimer le lac. La Mouette est cette lutte insensée. Ce combat de nos désirs. Ce combat entre l'absurde gloriole d'un projecteur et l'authenticité d'un rayon du soleil. Ce combat entre la pure gloire qui retentit et la vie simple qui coule dans nos yeux muets. C'est la lutte entre les torrents et le lac, celle qui nous fait hurler dans nos cervelles une vie durant, pour voir jusqu'où elles peuvent tenir ces cervelles, avant que tout ne se déchire. Et c'est ce hurlement qui fait notre théâtre.

 

Florian Bardet & Nicolas Mollard

Juin 2013